Les enfants d’Héraclès

Les enfants d’Héraclès

Les enfants d’Héraclès

[45’] - Grèce - 2010
Dans la fiction inventée par les adolescents, les enfants d’Héraclès sont intemporels, traversés par leurs pensées et leur histoire antique… Ils sont les gardiens de la tragédie d’Euripide : leurs mots naissent de la langue contemporaine pour dire le tragique du monde d’aujourd’hui ainsi que les espoirs et les rêves de demain… Les valeurs transmises par Euripide, celles portées par Périclès et le peuple athénien sont rappelées par le chœur de la mémoire, filmé à Epidaure, à Mycènes et dans les lieux mêmes où se déroulent « Les Héraclides » en Argolide et à Athènes.

Les enfants d’Heracles : Danse


Les enfants d’Héraclès

par Joseph Rossetto

Des oeuvres qui sont notre conscience.

Les ateliers artistiques menés avec les élèves de 4ème et 3ème s’intéressent à quelque chose de tout à fait fondamental qui fait le prix des œuvres étudiées et les rend irremplaçables : ce sont des écrits, des images ou des musiques qui se préoccupent du sens de la vie et d’une relation de présence au monde dont le désordre actuel demande autant réflexion, qu’engagement et invention. Ce sont des œuvres qui offrent la possibilité de rencontres avec de belles échappées de rêves, de regards et d’expériences. Elles sont utiles à l’existence de chacun : la littérature, l’histoire, l’art et les sciences introduisent dans un monde de sens et de valeur, mieux que tous les discours moralisants, que la philosophie même.

Questionner l’imaginaire des adolescents.

Au sein des ateliers, les apprentissages ne peuvent se faire sans questionner l’imaginaire des adolescents, sans faire appel à leur expression. On s’aperçoit alors qu’ils sont capables d’inventer des textes et des figures qui nous surprennent par leur pertinence et dont la beauté nous étonne : voici que des adolescents dévoilent des singularités riches, ce qui serait difficile si nous restions dans un moment trop conventionnel. Il y a quelque chose de fondamental dans l’acquisition des apprentissages : la part apportée par l’élève lui-même, ce qu’il peut amener autant par ses écrits que par son corps. Car nous apprenons par le corps auquel il faut reconnaître le droit de bouger, de vivre des émotions, de les exprimer. Il s’agit donc d’inviter les élèves à la curiosité du corps, le sien et celui des autres en fondant les apprentissages sur la créativité, l’échange, la tolérance et le respect

Un espace d’expériences.

Et puis il y a le voyage, l’ouverture au monde, aux cultures où chaque rencontre oblige à comprendre ce qui est autre, contredit et enjoint les adolescents à ne pas se replier sur eux-mêmes. Le voyage est une aventure, une expérience forte par le travail accompli : nous investissons les hauts lieux et les villes, là se déroulent les récits imaginés, les fictions prenant appui sur les grandes œuvres étudiées. Nous jouons, nous dansons, nous filmons pour mieux réfléchir sur le monde que nous vivons

Le Héraclides d’Euripide

Nous sommes partis de la pièce d’Euripide, les Héraclides. Le projet a fonctionné autour de cinq ateliers : écriture, théâtre, danse, cinéma et musique. Un voyage de neuf jours a eu lieu en Grèce (Athènes, Nauplie, Mycènes et Epidaure où nous filmé une grande partie des séquences pour le film. Ce projet est à la fois une grande fresque théâtrale et cinématographique où les notions de voyage et d’ouverture aux autres cultures occupent une place essentielle. La démocratie, la transmission de la mémoire, la centralité de la parole et du débat qui sont caractéristiques de la civilisation grecque.

Voici l’histoire originale de la tragédie d’Euripide, Les Héraclides :

Fuyant Argos où leur vie est en danger, les enfants d’Héraclès se sont réfugiés à Athènes avec Iolalos vieil ami de leur père et Alcmène, leur grand-mère. Mais Argos réclame leur extradition - « Nous avons le droit, habitant un état souverain, de faire exécuter contre nos citoyens les arrêtés de nos tribunaux » - et menace de déclarer la guerre à Athènes si les enfants ne sont pas extradés. Au nom d’Athènes, Démophon refuse de céder au chantage – « Si je les livre à la brutalité d’un étranger je ne pourrais plus prétendre d’être le roi d’un état libre »- puis se rétractera parce que les dieux lui demandent le sacrifice d’une jeune fille noble d’Athènes auquel il ne peut se résoudre. Il faudra le sacrifice de Macarie, l’une des filles d’Héraclès, pour qu’Athènes se batte enfin pour les réfugiés. Dans Les Héraclides, écrits voici vingt-cinq siècles, Euripide expose tous les fondements du droit d’Asile, présenté non seulement comme un devoir moral – la protection des faibles - mais aussi comme un principe fondateur de la démocratie.

La démocratie se nourrit du respect de l’autre, de la diversité des opinions, alors qu’aujourd’hui un peu partout dans le monde, le climat est à l’exclusion. C’est ce qui révolte Les enfants d’Héraclès. Dans la pièce originale, ils sont bien présents mais ne s’expriment jamais, si ce n’est Macarie qui offre sa vie à l’image des grands héros Grecs. Dans la pièce que nous avons créée, on ne voit qu’eux, on n’entend qu’eux.