Introduction par Henriette Zoughebi

Introduction


HENRIETTE ZOUGHEBI

EST-CE QU’IMAGINER S’APPREND ?
réalisation : Philippe Troyon

Tout d’abord un petit mot sur cette démarche avec Henriette Zoughebi.
S’il y a une personnalité dont le travail, l’humanisme, le militantisme m’a profondément marqué, c’est bien Henriette. J’ai eu la chance de pouvoir répondre à sa proposition de filmer et réaliser ce film, une trace mémorielle sur un événement inoubliable, proposé au moment du Salon du Livre de Jeunesse en 1994, qui réunissait de si nombreux écrivains, penseurs, chercheurs. Henriette a été à l’initiative de cette manifestation et je lui suis gré d’avoir su donner le goût de la lecture, de l’imaginaire à de nombreux enfants et adultes à travers le Centre de promotion qu’elle a créé. Aujourd’hui ce Salon du livre de Jeunesse est une référence nationale et internationale. En ces temps où la mémoire fluidifiée, la menace de l’effacement nous guettent, j’ai pris l’initiative de préserver le film de cette manifestation et de la partager en ligne sur ce site. Merci infiniment Henriette. Philippe Troyon



Le thème du dixième Salon du Livre de Jeunesse, en Novembre 1994, était : Imagine...

Les interrogations et les réflexions de chercheurs, de scientifiques, d’écrivains, d’artistes se sont pendant deux jours croisées et répondues lors du colloque intitulé : Est-ce qu’imaginer s’apprend ?

L’imaginaire est encore un mot brûlant. Il ne peut y avoir littérature ou peinture ou film ou seulement vivre, sans que l’interrogation sur la conception du monde, celle qui nous définit comme être ne soit sollicitée ou bousculée.

> dans le quotidien des pratiques de recherche ou de création littéraire, comment interveint dans le moment même de l’invention la part de ce que l’on ne sait pas ?

> on sait que la science fait rêver et que parfois fait avancer la science. Quel est l’apport spécifique de l’imaginaire scientifique ?

> pour le jeune enfant, comment accéder à la réflexion sur le monde sans passer aussi par la rêverie et la poésie, toutes deux génératrices de pensées ?

> comment remonter la piste des lectures d’enfance puis d’adolescence et qu’est-ce qui dans une vie de lecteur, instaure ce basculement où la littérature, écrire devient pour certains l’engagement principal ?

Rabelais était à l’origine de cette réflexion sur l’imaginaire. Son oeuvre appartient désormais au patrimoine universel, mais sa vision du monde se forme à un moment charnière de l’histoire des hommes, l’amorce d’une grande bascule aussi bien pour l’astronomie ou la géographie que pour le corps humain et la pensée sociale. Il y accède par une langue elle-même en construction, en invention permanente. Donner à l’enfant le moyen de s’emparer de la langue, lui faire savoir qu’elle est vivante et permet de se saisir du monde, la jeunesse et le rire de Rabelais y obligent. Sa liberté fait du bien dans un monde qui trop souvent normalise, uniformise, exclut.

Rien ne répond aussi bien, en regard de l’urgence des jeunes que l’urgence et de la recherche et de la littérature et d’abord par ce qu’elles portent de rêve insatisfait.

Henriette Zoughebi & François Bon


Production : Conseil Général de la Seine-Saint-Denis
Production déléguée : Centre de promotion du livre de jeunesse
Production exécutive : Périphérie Production

Direction du projet : Henriette Zoughebi
Conseiller littéraire : François Bon

Réalisation : Philippe Troyon
Montage  : Christine Keller

Rédaction : Dominique Deschamps, Nathalie Donikian

Mise en ligne : Imaginem